• MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

    MaChine rouge, Karl Kugel, 1987-2018
    Arcothèque Saint Denis, île de La Réunion 

    Télécharger « approche du sujet.pdf » 

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

     Jeudi 19 Avril,

    je passe au musée Léon Dierx et je remarque qu'à côté, à l'Arcothèque, il y a l'exposition de Mr Karl Kugel, avec qui j'ai eu quelques cours sur l'observation des images photographiques. J'ai cru qu'il était fini, et j'étais bien heureuse d'avoir eu cette surprise. Alors je vous partage quelques aperçus et mes ressentis.

    Ma note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★ 
    Attention, les notes sont basées sur mon avis, rien à voir avec le côté professionnel, chacun peut aimer ou ne pas aimer.

     

     

     

     

     

     

     


     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurDès l'entrée, nous apercevons l'image d'un jeune homme, tel un portrait. Il semble endormi, dans un habit rouge, couleur emblématique de la Chine. Nous obtenons déjà un cadrage de l'entrée qui nous invite à s'approcher. Le mur est entièrement blanc et c'est la seule photographie. Je la contemple dans le silence. Cet homme est vu de profil, une peau visiblement marquée par l’acné. Il me semble endormi, mais il ne me donne aussi aucun signe de vie. J'ai déjà une bonne première impression de l'exposition. Il y a un atmosphère mystérieux et paisible, ou même familier selon mon avis.


    Je ne sais pas pourquoi, mais sa position fœtale me fait penser à un enfant endormi, j'ai du mal à deviner son âge, il me semble adolescent.

    Malheureusement, j'ai cherché l'étiquette, je ne l'ai pas trouvée. Aucun signe.
    A moins que je ne sache pas chercher...

     


     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurJ'ai tout de suite apprécié la scénographie de la galerie après avoir contourné la photographie principale. On comprend tout de suite où se diriger.

    Par contre, l'énorme point négatif : la climatisation était trop fort, mais bien trop fort. Heureusement que j'avais emmené de quoi me couvrir...

    Sinon, tout est bien éclairé façon expo, avec à notre droite une seule ligne de photos de couleur qui se démarque du reste de la galerie...

     


     

     MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurSur la photo, on voit clairement le panorama de photos en couleurs.
    J'apprécie vraiment comment la salle est bien éclairée.

    Le regroupement de photos m'a été difficile de voir tout un ensemble, j'ai dû prendre le temps d'apprécier chaque photo dans leurs détails.

    Franchement, nous avons des fenêtres et nous voyons à travers l'oeil du photographe des scènes quotidiennes.

     


     

     MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurMaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur
    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

    Désolée, je suis mauvaise pour prendre des clichés avec le téléphone, haha.

     


     

     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

     Cette image, je l'ai sélectionnée car inévitablement, cela rappelait une de mes photographies monochromes, de ma série "Montagnes 2017-2018". (lien bientôt disponible)

    Cette image a sa surface scindée en deux hémisphères. Sa ligne montre des formes montagneuses et des bâtiments, où une vaste terre désolée s'étend jusqu'à nous, l'observateur.

    Le poids ne vient pas du ciel mais de la terre, qui est un peu étouffant (un contraire de l'aphyxie, par le manque d'air...). Les deux hémisphères se contrastent.

     


     

     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurMaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur
    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

     

    Karl nous dresse des portraits dans ce triptyque. En observant, je pense que ces photos datent d'il y a quelques années et j'ai vu juste. Avec deux format paysage et portrait... La dernière est ma préférée. On voit une femme de dos, et l'adolescent (ou enfant !) avec un béret sur la tête, dans la rue. Une mise en scène simple du quotidien mais qui met en avant une légère attention de la part de la femme vers le jeune homme.

    En regardant les photos de la galerie, j'ai eu l'impression de me confronter à des mémoires qui ont été ressorti des dossiers.

     


     

     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

    Un visionnage. A chaque séquence terminée, il y avait un flash rouge qui apparaît.
    Et les vidéos sont présentées en trois colonnes, me rappelant le triptyque répétée dans ses séries de photos. Comme si il y a un maillon entre eux, une chaîne. 

    Il y avait une séquence où on voyait un enfant taper d'un bâton sur la gauche, sur quelque chose qu'on ne voit pas. Cette vidéo est triplée, on retrouve trois enfants identiques. Et derrière chaque enfant se trouvait un jouet d'une voiture jaune. 

    Je n'avais pas tout de suite compris. Mais après réalisation, cela ressemble à une chaîne, un travail à la chaîne, où les enfants martèlent une voiture. Comme s'ils martèlent leur enfance et leur innocence à travers ce jouet, métaphore du travail à la chaîne à l'usine.

     


     

     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

     


     

     

    Pour finir avant le bonus, voici quelques photos que j'ai appréciées. Je ne donne aucun descriptif, si ça vous intéresse, n'hésitez pas à commenter. Je n'ai pas mis les titres des photos non plus, je donne des aperçus.

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurMaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurMaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurMaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurMaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

     


     

     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeurEt pour finir, un bonus, mon préféré : le pont. J'étais fascinée, du coup je n'ai pas pensé à faire une belle photo... 
    Le paradoxe de faire une photo d'une photo d'ailleurs !
    L'image est légèrement opaque. Je n'avais pas compris au premier passage, c'est uniquement quand j'ai fait le tour de la galerie. C'est une image collée contre une paroi vitrée et qui s'observe des deux côtés au recto et au verso. Elle crée un lien, une chaîne entre les deux salles de la galerie, tu traverses d'une pièce à l'autre et ce point le présente bien, avec un magnifique contraste et un cadrage frontal.

     


     

    Voilà, c'est tout ce que je partagerai sur l'exposition que j'ai vraiment apprécié. Je n'ai pas donné plus de détails, je suis tout de même aussi une personne qui visite, pas celle qui ne fait qu'établir une critique. 

    J'ai failli enlever une étoile à cause de la climatisation trop puissant, mais le pouvoir des images a pris le dessus.

    Merci d'avoir lu jusqu'au bout ! 

    Malo

     

    MaChine rouge de Karl Kugel - coup de coeur

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :